Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 87 67 16 06 Rappel Gratuit

Gaz : la hausse des prix n’aura pas lieu en juillet

Devis gaz naturel moins cher — Selectra :
09 87 67 16 06 (lundi-vendredi 8h-21h ; samedi 8h30-18h30).
Me faire rappeler gratuitement.

23 mai 2013 – L’augmentation du prix du gaz annoncée par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) qui devait avoir lieu à hauteur de 1,6% en juillet n’aura finalement pas lieu.

La hausse annulée grâce à la baisse du prix de la molécule de gaz naturel

Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez a confirmé que la hausse du tarif réglementé du gaz, annoncé par la CRE quelques semaines plus tôt pour le mois de juillet, ne se produirait pas. Lors de la délibération de la CRE, le gendarme du secteur n’était pas en mesure de livrer le prix de la molécule de gaz naturel.

La hausse préconisée par la CRE avait pour but de contrebalancer le coût important du transport et de l’entretien des infrastructures. C’est la baisse du prix de la molécule de gaz naturel (part fourniture reflétant les coûts d’approvisionnement de GDF Suez) qui a changé la donne et a eu pour effet de geler le tarif réglementé pour un temps, contrebalançant à son tour les coûts « hors approvisionnement », plus élevés, de GDF Suez.

Un semblant de stabilité peu significatif pour les consommateurs

Depuis le début de l’année 2013, les consommateurs ont assisté à une tendance baissière du tarif réglementé du gaz. Pour rappel, les révisions de janvier à avril ont été successivement de +2,4% ; -0,5% ; -0,3% ; -0,6% ; le mois de mai n’a pas subit de révision et une baisse de 0,6% est prévue au 1er juin. Si 85% des foyers français consommateurs de gaz sont concernés par la révision du tarif réglementé du gaz, ces baisses n’ont que peu d’effet sur la facture finale. L’annulation de la hausse de juillet ne devrait pas non plus changer grand-chose pour les consommateurs au regard de la faible utilisation du gaz en période estivale.

Une tendance à la hausse prévue d’ici 2017

Malgré les baisses enregistrées depuis le début de l’année, le Conseil d'analyse économique prévoit que l’on assistera à une hausse des tarifs à moyen terme de l’ordre de 30% pour les particuliers et de 20% pour les entreprises. Une prévision confirmée et étendue à l’énergie au sens large par Gérard Mestrallet.