Vous êtes ici

Du gaz moins cher ?
09 73 72 25 00 (service Selectra, lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30). Service téléphonique géré par la société Selectra qui prend en charge vos démarches de déménagement ou de changement de fournisseur en vous orientant vers les offres partenaires les plus compétitives dans votre cas. En savoir plus Annonce


Tarifs réglementés : les prix du gaz

Les tarifs réglementés

Les tarifs réglementés du gaz sont proposés par le fournisseur historique Engie (anciennement GDF Suez), et sont fixés mensuellement par la Commission de régulation de l'énergie. Le prix du gaz aux tarifs réglementés a connu des fluctuations importantes ces dernières années, enregistrant une hausse de près de 80% entre 2005 et 2014, avant d'amorcer une baisse en 2014 qui s'est prolongé en 2015 avant de remonter jusqu'en 2017.


La grille des tarifs réglementés du gaz naturel

Les tarifs réglementés évoluent tous les mois selon une formule fixée par la CRE. Ils sont en concurrence avec les offres de marché, proposées par l'ensemble des fournisseurs, et qui sont souvent dotées d'un prix du gaz plus bas. Le tableau ci-dessous présente les tarifs réglementés d'Engie comparés aux offres de deux fournisseurs alternatifs.

Les tarifs réglementés du gaz comparés à deux offres de marchés
  Engie
Prix du kWh HT
aux tarifs réglementés d'Engie
Astucio Eco
Prix du kWh HT
avec l'offre Astucio Eco d'eni
Direct Energie
Prix du kWh HT
avec l'offre Classique Gaz de Direct Energie
Tarif Base - Cuisson seule (0-1000 kWh)      
Tarif B0 - Chauffe-eau (1000-6000 kWh)      
Tarif B1 - Chauffage (plus de 6000 kWh)      
En savoir plus / souscrire Appeler Engie 09 87 67 54 33
me faire rappeler
09 87 67 54 76
me faire rappeler

Tarifs en zone tarifaire 1,  mis   en €TTC/kWh. Estimez votre zone tarifaire sur notre application dédiée.

Les modalités de fixation des tarifs réglementés

Composition des tarifs réglementés

La facture de gaz naturel regroupe diverses composantes dont les évolutions reposent sur des logiques différentes :

  • les coûts liés à l’approvisionnement en gaz du fournisseur. Les tarifs réglementés sont ainsi indexés sur une formule tarifaire, détaillée ci-dessous, supposée refléter les coûts d’approvisionnement en gaz d'Engie ;
  • les coûts liés à l’utilisation des réseaux de transport (GRTgaz et TIGF, acheminement du gaz sur de longues distances), et de distribution (GRDF, acheminement au client final au sein des bassins de consommation) de gaz naturel. Ces coûts sont répercutés à l’identique pour tous les clients de tous les fournisseurs. Ils augmentent légèrement et régulièrement afin de couvrir l'entretien et la mise à niveau des réseaux ;
  • les taxes qui pèsent sur la facture de gaz, et en particulier la Contribution Tarifaire d’Acheminement et la TVA (taux réduit sur l’abonnement, taux plein sur les consommations) ;
  • les coûts de commercialisation, qui correspondent aux coûts de fourniture du gaz par Engie, ce qui inclut une rémunération "normale" ;
  • les coûts de stockage du gaz naturel ;
  • les coûts d'utilisation des therminaux méthaniers dans le cadre de l'importation du gaz naturel par les mers et les océans.

La part approvisionnement : une formule tarifaire complexe

La part approvisionnement représente environ 50% du total des tarifs réglementés, et évolue de la façon régulière. Jusqu'à une fois par mois, le fournisseur historique Engie propose une modification de sa grille tarifaire, qui est soumise à l'approbation de la CRE. La CRE valide alors le changement tarifaire en fonction d'une formule définie ci-dessous. Le gouvernement dispose d'un droit de veto par la voix de son Premier ministre, qui n'en a encore jamais fait usage et se contente de fixer un cadre annuel général pour l'évolution des tarifs réglementés. La formule de fixation des tarifs réglementés du gaz repose essentiellement sur les prix des combustibles sur les marchés de gros. Elle se compose de la façon suivante :

Formule tarifaire au 1er juin 2015
  Inertie Poids dans la formule
prix du gaz sur le marché de gros au Pays-Bas (TTF) échéances 1 mois, 3 mois et 12 mois 2/3
cours du baril de pétrole moyenne des 8 derniers mois, avec 1 mois de décalage 1/6
prix du fioul domestique moyenne des 8 derniers mois, avec 1 mois de décalage 1/20
taux de change euro/dollar moyenne des 8 derniers mois, avec 1 mois de décalage 1/20

En 2015, les tarifs réglementés sont donc fortement influencés par le prix du gaz sur les marchés de gros, et caractérisés par une inertie de plusieurs mois par rapport aux prix sur ces marchés. Ainsi, une baisse structurelle sur les marchés de gros pourra se ressentir encore plusieurs mois plus tard dans l'évolution des tarifs réglementés.

Explication tarifs réglementés

Traditionnellement, l’indexation portait exclusivement sur les produits pétroliers car GDF Suez (renommé Engie) avait passé des contrats de long terme avec des fournisseurs de gaz se basant sur la même indexation. En effet, les marchés organisés du gaz naturel n’étaient pas aussi développés qu’aujourd’hui et les prix du gaz s’indexaient naturellement sur les produits du pétrole, en partie substituables au gaz et issus des mêmes processus d’extraction et de transformation.

Toutefois, une décorrélation s’est opérée entre les marchés du gaz naturel et du pétrole. Le prix du pétrole a rapidement retrouvé des sommets à la suite de la crise financière de 2008, alors que le prix du gaz est reste plus durablement bas : entre début 2010 et fin 2011, les cours du gaz naturel sur le New York Mercantile Exchange (NYMEX) sont passés de 8 dollars à 3 dollars par MBTU, alors que le pétrole WTI gagnait 20%. L’abondance de gaz naturel aux Etats-Unis engendrée par la production de gaz non-conventionnel vient en partie expliquer que le rapport offre/demande sur les marchés du gaz n’est désormais plus tout à fait le même que sur le marché du pétrole.

Observant qu’il n’était pas logique que les tarifs réglementés du gaz naturel augmentent alors que le prix du gaz sur les marchés organisés diminuait, le gouvernement a fait pression sur GDF Suez afin qu’il renégocie ses contrats de long terme avec les grands producteurs de gaz comme Statoil (Norvège), Gazprom (Russie) ou encore Sonatrach (Algérie) pour inclure une indexation partielle sur les prix spot du gaz naturel sur les marchés organisés. Le même mouvement a eu lieu dans toute l’Europe, conduisant les grands fournisseurs de gaz européen à renégocier leurs contrats de long terme avec leurs producteurs.

C’est ainsi que l’indexation partielle des tarifs réglementés du gaz naturel sur les marchés spots a pu se développer, permettant au consommateur de bénéficier de la faiblesse des prix aujourd’hui observée sur ces marchés.

Enfin, l’indexation sur le cours euro/dollar est logique, puisque les achats de gaz naturel se négocient en dollar US. Si l’euro baisse, les tarifs réglementés augmentent car il faut plus d’euros pour acheter une même quantité de gaz naturel facturée en dollars US.

Le poids des taxes

Une série de cinq taxes plombent le prix du gaz naturel à hauteur d'environ 20% :

  1. La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA), qui finance les régimes d'assurance vieillesse des employés des Industries électriques et gazières partis à la retraite avant 2005 ;
  2. La Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel (TICGN), destinée au budget de l’Etat et applicable aux particuliers depuis le 1er avril 2014 ; elle finance notamment l’injection de biométhane dans les réseaux d’acheminement de gaz naturel et le chèque énergie pour les foyers modestes ;
  3. La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA), applicable à 5,5% sur le prix de l’abonnement et la CTA, et à 20% sur le prix du kWh et de la TICGN.

PAYER MOINS CHER LE KWH DE GAZ >09 73 72 25 00(Service Selectra au - lundi-vendredi 8:30-20h ; samedi 9H-18H)
demande de rappel gratuit

Evolutions des tarifs réglementés du gaz naturel

Les tarifs réglementés du gaz naturel ont connu une hausse régulière entre 2006 et 2013, sous l'effet d'une hausse des prix du pétrole et du gaz naturel sur les marchés internationaux. Ils ont aussi augmenté sous l'effet de la hausse des tarifs d'utilisation des réseaux de transport (ATRT), afin de permettre aux gestionnaires de réseau de réaliser des investissements nécessaires dans les réseaux.

Les tarifs réglementés ont ensuite connu une baisse conséquente amorcée à l'été 2014, sous l'effet de la chute des prix des matières premières. Cette baisse des prix est :

  • en partie à une demande relativement faible sur le marché européen, du fait notamment de la croissance ralentie ;
  • et en partie à une progression de l'offre, suite à l'ouverture à l'exportation du gaz de schiste des Etats-Unis, et du maintien des niveaux de production d'autres acteurs importants tels que l'Arabie Saoudite.
 
 

L'évolution des tarifs réglementés pour 2018 et au-delà est difficile à prévoir. On dispose cependant des données suivantes :

  • le prix du gaz sur les marchés TFF a connu une relative stabilisation sur ces derniers mois, et n'agira pas à la baisse sur les tarifs réglementés sur les mois à venir ;
  • une strong>hausse de la part liée à l'acheminement du gaz naturel (ATRT et ATRRD) qui pourrait causer une hausse générale des tarifs réglementés ;
  • les prix du gaz ont tendance à augmenter à l'approche de l'hiver, du fait d'une hausse de la consommation du gaz à des fins de chauffage ;
  • les fluctuations à venir sur les marchés de gros seront répercutée de façon amplifiée à partir du 2e semestre 2015, du fait d'une plus forte indexation sur les contrats de court terme ;
  • à cela s'ajoute le poids des taxes, qui pourrait progresser.

Au total, le courant de l'année 2018 devrait donc nous réserver une hausse légère voire soutenue.

Se renseigner sur la disparition des tarifs réglementés d'Engie, attendue pour 2019.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus