Vous êtes ici

Les tarifs réglementés du gaz naturel diminuent finalement de 1,3% le 1er juillet 2015

Gaz naturel moins cher ?09 87 67 16 06  
Rappel gratuit


Dans son rapport sur les tarifs réglementés de vente de gaz, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) prévoyait une hausse de 2,3 % des tarifs réglementés du gaz au 1er juillet 2015 en raison de l'augmentation des coûts hors approvisionnement d'Engie (ex-GDF Suez). C'était sans compter la baisse des coûts d'approvisionnement. Finalement, les tarifs réglementés du gaz baissent de 1,3% ce 1er juillet 2015. Une bonne nouvelle pour les ménages.

  • Les prix du gaz en juillet 2015 en un mot :
  • Les coûts hors approvisionnement augmentent de 2% pour Engie.
  • Les coûts d'approvisionnement en gaz baissent de 3,3%.
  • En conséquence, les tarifs réglementés du gaz baissent en moyenne de 1,3%.

Juillet 2015 commence par une baisse de 1,3%, en moyenne, des prix du gaz

Cette baisse concerne les tarifs réglementés du gaz, l'offre phare du fournisseur historique Engie (anciennement GDF Suez / Gaz de France). En réalité, l'évolution des prix du gaz dépend toutefois du profil de consommation du ménage.

Le prix de l'abonnement en augmentation

Le prix de l'abonnement — qui correspond à la partie fixe de la facture de gaz, augmente pour tous les particuliers.

  • En tarif Base, l'évolution de l'abonnement est de 7,6€/an ;
  • en tarif B0, l'abonnement augmente de 10,2€/an ;
  • enfin, en tarif B1, il augmente de 6€.

Base, B0, B1, B2i : de quoi s'agit-il ? Selon le niveau de consommation de gaz, un ménage relève de l'un de ces 3 tarifs. Le tarif base concerne de très petites consommations de gaz (entre 0 et 1000 kWh par an ; il s'agit généralement de ménages n'utilisant le gaz que pour la cuisson des aliments). Le tarif B1 concerne des ménages consommant entre 1001 et 6000 kWh de gaz par an ; ce profil correspond donc généralement à du gaz utilisé pour le chauffage de l'eau chaude sanitaire. Enfin, les tarifs B1 et B2i s'adressent à des consommations plus importantes de gaz (au-delà de 6000 kWh/an). Les ménages chauffés au gaz sont donc généralement en profil B1. Consultez notre article détaillé sur la tarification du gaz Base, B0, B1 et B2i.

Le prix du kWh de gaz en baisse

Le prix du kWh de gaz — la partie variable de la facture de gaz, est quant à lui en baisse en juillet 2015. De ce fait, les gros consommateurs de gaz sont avantagés par rapport aux petits consommateurs de gaz.

  • En tarif Base, le prix du kWh perd 0,18 c€/kWh ;
  • en tarif B0, il perd 0,41 c€/kWh ;
  • enfin, en tarifs B1 et B2i, le prix du kWh régresse de 0,12 c€/kWh.

Nota : tous les prix indiqués ci-dessus sont des prix hors taxes.

Les coûts d’utilisation des infrastructures augmentent le 1er juillet

Gazinière flamme

D'après la Commission de régulation de l'énergie, les tarifs réglementés de GDF Suez pourraient augmenter de 2,3% en juillet prochain.

Après une baisse des tarifs réglementés en juin, la CRE prévoyait une hausse de 2,3% des tarifs réglementés au 1er juillet 2015. En cause ? L’évolution des coûts d’utilisation des infrastructures. Les tarifs réglementés du gaz naturel proposés par Engie (ex-GDF Suez) sont fixés par l’État après avis consultatif de la CRE. Le rôle du régulateur de l’énergie est de vérifier la bonne répercussion des coûts supportés par Engie auprès du consommateur. Dans un rapport d’audit publié à la fin du mois de mai, la CRE observait qu’une évolution des tarifs réglementés d’environ 2,3% au 1er juilletapparaît nécessaire afin de traduire l’évolution prévisionnelle des coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage)” de l’opérateur Engie.

L'augmentation des coûts hors approvisionnement relativisée par la forte baisse des coûts d'approvisionnement d'Engie

Dans un contexte de tendance baissière des prix de marché du gaz, la hausse des coûts hors approvisionnement d'Engie a finalement été atténuée par la diminution attendue des coûts d’approvisionnement supportés par le fournisseur de gaz. Dans une délibération rendue publique le 25 juin dernier, la CRE a ainsi expliqué que les coûts d'approvisionnement en gaz naturel d'Engie avaient baissé de 3,3% en juin par rapport à leur niveau de mai.

Au 1er juillet 2015, les tarifs réglementés de vente hors taxes d'ENGIE (ex GDF SUEZ) diminuent en moyenne de 1,3 % par rapport au barème en vigueur en juin 2015. L'augmentation de 2 % des coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage et coûts commerciaux) est compensée par la baisse de 3,3 % des coûts d'approvisionnement de gaz naturel.

Commission de régulation de l'énergie cre.fr

Les coûts commerciaux sont quant à eux stables. Mais le régulateur de l’énergie demande à Engie de ne pas répercuter les coûts affectés au développement de sa clientèle (campagnes publicitaires, activité des centres d’appels, etc.) sur le total des coûts commerciaux pris en compte dans l’élaboration des tarifs réglementés. La CRE indique notamment avoir identifié 13 millions d’euros destinés à promouvoir les offres de marché.

La nouvelle formule de calcul des tarifs fait davantage de place aux marchés de gros du gaz naturel

Dans son rapport d'audit, la CRE proposait de porter “la part marché de la formule actuelle” de 59,8% à “un niveau compris entre 70% et 80%”. Finalement, la part d'indexation sur les marchés du gaz naturel de la nouvelle formule passe le 1er juillet de 59,8% à 77,4%. Cette nouvelle formule tarifaire reflète les conditions d’approvisionnement de GDF-Suez. Auparavant, ses contrats d’achat de gaz étaient en grande partie indexés sur les prix du pétrole tandis que la part liée au prix du marché du gaz - à savoir à son cours en Bourse - a progressivement augmenté. Réévaluée une fois par an, la modification de l’ancienne formule pourrait cependant conduire à des variations d'ampleur plus importante ces prochains mois. En d'autres termes, il faudra s'attendre à des baisses plus nettes, mais des hausses plus franches en contrepartie dans les prochains mois.

Reste à savoir si les 7 millions de foyers qui relèvent toujours des tarifs réglementés garderont l'offre de leur fournisseur historique, se tourneront vers des offres de gaz à prix fixes, garantes d'une stabilité des prix, ou choisiront des offres dites "indexées", c'est-à-dire garanties un certain pourcentage moins cher que les tarifs réglementés. Si la majorité des Français reste en effet fidèle à l'ancien Gaz de France, ils sont de plus en plus nombreux à comparer les prix du gaz et se tourner vers la concurrence.


EDIT : article initialement publié le 02/06/2015 modifié le 26/06/2015 pour tenir compte de la délibération de la CRE fixant l'évolution définitive des prix du gaz en juillet 2015.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus